En Afrique, les gouvernements s’efforcent à rendre Internet accessible aux citoyens. Cette volonté se manifeste le plus souvent dans les capitales où on note l’implémentation ou l’expérimentation de projets allant dans ce sens. De Kigali en passant par Lomé jusqu’à Dar es Salam en Tanzanie, nous vous présentons 5 capitales d’Afrique où on peut surfer gratuitement via des réseaux wifi publics dans des endroits spécifiques.

Kigali, Rwanda

Les habitants de la capitale rwandaise disposent depuis 3 ans déjà d’un réseau de wifi gratuit disponible dans des lieux publics bien spécifiques. Cette initiative est le fruit du projet « Smart Kigali », un projet qui vise à faire de la capitale, une ‘’Digital City’’ à l’instar de Toronto (Canada), Huston (USA), Bangkok… A terme, cet ambitieux projet va servir à la mise en place d’un système qui permettra à tous les Rwandais de se doter d’appareils électroniques à moindres coûts pour pouvoir se connecter gratuitement. Il est également prévu d’améliorer le système de navigation dans la ville grâce à un partenariat avec Google, d’installer des compteurs automatiques dans les taxis de la ville et d’instaurer de nouveaux systèmes de paiements électroniques. Le Rwanda qui veut se positionner à l’horizon 2020 comme un hub technologique incontournable en Afrique est déjà perçu comme une référence sur le continent en matière de numérique. Un réseau de wifi gratuit a d’ailleurs été déployé récemment dans les transports en commun dans le pays.

Dakar, Sénégal

Depuis mars 2015, les habitants de la capitale sénégalaise peuvent profiter d’une connexion internet gratuite à la Place de l’indépendance. L’initiative est rendu possible grâce au projet « Ville de Dakar Wifi » du gouvernement sénégalais qui vise à déployer du wifi gratuit dans les grandes places publiques de la ville avec le SSID : VILLE-DE-DAKAR-WIFI. Le projet est à sa phase pilote et la place de l’indépendance est le seul lieu public où le projet est implémenté pour l’instant en partenariat avec l’opérateur de téléphonie mobile Tigo.

Kampala, Ouganda

Dans la capitale ougandaise, internet gratuit est une histoire récente. La mesure annoncée par le ministère des technologies de l’information et de la communication au cours du mois juillet de cette année, est devenue effective début octobre. En effet, depuis cette date, les près de 1,5 million d’habitants de Kampala ont désormais accès à Internet sans frais. Le service s’appuie sur 120 hotspots (zones wifi) installés en décembre 2015 dans la capitale par le géant américain Google dans le cadre du projet d’Infrastructure nationale de fibre optique (NBI). Pour les autorités ougandaises, l’objectif est de faire de l’accès à la connexion internet, un produit de première nécessité et non un produit de luxe. Cependant, si les internautes Kampalais ont de quoi se réjouir, l’accès à ce wifi gratuit est soumis à certaines restrictions. Un régulateur est à l’affût pour protéger le réseau des cyber-attaques mais aussi s’assurer que les internautes ne consultent des sites à caractères pornographiques. D’ailleurs, l’Ouganda punit de 10 ans de prison, le visionnage d’images et vidéos à caractère pornographiques. Les autorités avaient même acquis en août dernier, pour un montant de plus de 87.000 dollars, du matériel servant à détecter les internautes qui consultent des sites pour adultes.

Dar es Salaam, Tanzanie

Une semaine après le déploiement du wifi gratuit chez le voisin (l’Ouganda), Samia Suluhu Hassan, la vice-présidente de la Tanzanie procédait au lancement de l’accès public gratuit à Internet sans fil dans Dar es Salaam. Pour les autorités du pays, le projet piloté par l’opérateur national, la Tanzania Telecommunications Company Limited (TTCL), va servir à améliorer l’accès des populations à Internet et à ses multiples avantages. D’après Paul Makonda, le gouverneur de la région de Dar es Salaam, le déploiement du Wi-Fi dans la capitale, pour un accès gratuit, représente une des cinq étapes du projet gouvernemental d’amélioration de l’accès des populations aux services indispensables. Selon les responsables de TTCL, la société publique ne compte pas se limiter à Dar es Salaam, dans la fourniture de l’accès Internet sans fil gratuit aux populations. Les autres villes du pays suivront dans peu de temps.

Lomé, Togo

Depuis quelques mois, Togo Telecom le fournisseur d’accès Internet d’Etat teste dans la capitale Togolaise le wifi gratuit. Des hotspots « Helim Zone » sont installés dans la zone du Port Autonome de Lomé, sur l’Esplanade du Palais des Congrès et à Dékon, un quartier populaire connu pour être l’un des centres d’affaires les plus animés de la capitale. Pour l’instant, le réseau est accessible uniquement aux testeurs qui y accèdent à partir d’identifiant et mot de passe. Mais l’accès est ouvert par moment public toujours dans le cadre du test. A terme, ces hotspots seront ouverts définitivement au public qui pourra naviguer gratuitement. L’initiative portée par l’opérateur public s’inscrit dans la vision du ministère de l’économie numérique du pays de faire du Togo un Hub numérique dans la sous-région à travers les différents projets en chantier dans le pays.

Tech228

26 octobre 2016

Ces capitales africaines où Internet est gratuit

En Afrique, les gouvernements s’efforcent à rendre Internet accessible aux citoyens. Cette volonté se manifeste le plus souvent dans les capitales où on note l’implémentation ou […]
12 septembre 2016

Retour en images sur la 1ère édition du IT Forum Togo

Lomé a accueilli le 08 septembre dernier, la première édition du  IT Forum Togo. Organisée par CIO MAG sous le parrainage du ministère des Postes et […]
30 août 2016

Lomé accueille la 1ère édition du IT Forum Togo ce 08 septembre

La capitale togolaise accueille le 8 septembre prochain à l’Hôtel Sarakawa, la première édition de l’IT Forum Togo. L’événement organisé par  CIO MAG et parrainé par […]
20 août 2016

Café Numérique Lomé : « Comment les startups embauchent-elles? »

Organisés dans une vingtaine de villes à travers le monde, les « Cafés Numériques » sont une organisation de conférences sur des sujets liés aux nouvelles […]