• Interviews
  • Salaud Lumineux : « Le Togo compte l’un des meilleurs crus de blogueurs en Afrique francophone »
15 février 2017

Salaud Lumineux : « Le Togo compte l’un des meilleurs crus de blogueurs en Afrique francophone »

Yves Kokoayi
Yves Kokoayi
Journaliste et Manager de Tech228, Yves est un amoureux inconditionnel des médias. Il nourrit une passion particulière pour l'innovation dans les médias et les sujets liés au numérique et à l'entrepreneuriat.
Partagez dans vos réseaux
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Aujourd’hui nous allons à la rencontre d’un des blogueurs Togolais les plus lus de sa génération. Connu sous le nom de Salaud Lumineux du nom de son blog, ses textes, taillés dans des jeux de mots dont lui seul a le secret ne laissent personne indifférent et sont partagés comme des petits pains sur les réseaux sociaux.

Bonjour Salaud Lumineux Présente-toi brièvement à nos lecteurs.

Je suis ADZIMAHE Eteh Komla, 33 ans, Technicien réseaux Télécoms, célibataire sans enfant.

Tout de suite on a envie de te demander pourquoi ce nom pour ton blog ? Pourquoi Salaud Lumineux ?

J’ai créé un blog sur wordpress avec l’envie de déconner un peu. Des billets qui font dans le brut de décoffrage sur tel sujet d’actualité ou sur une expérience personnelle etc., je voulais à chaque fois ajouter le bon dosage de piment dans mon texte, saupoudré de jeu de mots, faire de l’esprit, en grignotant un peu dans la marge de l’interdit et du vice. L’idée était de m’adresser à un lectorat qui avait envie de lire pour s’amuser. Salaud Lumineux aussi parce que j’étais fan du très brillant avocat français Maître Jacques Vergès. On le surnommait l’avocat du diable. Il avait titré sa biographie « Le Salaud Lumineux »… dont j’ai lu un extrait comme ça par hasard sur le net. Ça m’a agréablement séduit. Et cela m’a donné envie de faire le salaud sur un blog.

Comment et depuis quand es-tu devenu blogueur ?

Après mon premier diplôme universitaire en 2007, je faisais un petit boulot dans un cyber-café de mon quartier. Travaillant à l’hôtel de l’internet, j’ai vécu d’internet. En me promenant sur Facebook à l’époque, je suis tombé sur des liens de blogs. J’ai lu, puis j’ai cherché à en créer surtout parce que j’ai vu que c’était gratuit et que c’était un moyen d’expression assez personnelle qui permettait de toucher un grand nombre, une fois que le lien était partagé. J’ai honte de mes premiers articles hein, je les trouve hyper nuls avec le recul. Je blogue depuis 2008, d’abord sur skyrock.com, ensuite sur blogger.com, puis sur wordpress, avant d’être sélectionné pour mondoblog.

De quoi parles-tu sur ton blog ?

De tout. Une fois que le sujet me chauffe un peu, enfin me plait, me passionne, je me lance ! … C’est suivant mon état d’esprit, mes envies et même mes ennuis. Ces temps-ci d’ailleurs, plus grand-chose ne m’intéresse, serait-ce la vieillesse ? Alors je ralentis, j’ai pris des congés sur mon blog, mais je me suis promis de revenir…

Tes articles souvent ironiques, façonnés dans un humour et jeu de mots propres à toi sont des plus appréciés, partagés et commentés sur les réseaux sociaux, tant la vérité y  sied sous une autre forme. Qu’est-ce qui t’a poussé à ce style ? D’où te vient l’inspiration ?

Ah la question revient sous une autre forme. Allez ! Pourquoi ce style ? Bah parce que j’adore rire de tout, et trop souvent même de moi-même. Je fais de l’autodérision pour pouvoir me moquer des autres sans aucun regret. Je pense surtout qu’il faut retourner le fumier dans la terre pour obtenir de belles récoltes. C’est pour ça que je m’amuse à tirer sur tout ce qui ne me plait pas, les petites incongruités africaines, voire même humaines en générale, pour faire de nous (les autres et moi) des gens meilleurs, et tout ça tout en rigolant. Je pense que c’est en riant de nous-même qu’on se corrige aussi. Pour que demain, on puisse continuer par rire de nos ratés qu’on s’est juré de ne pas reproduire.

Que représente le blogging pour toi aujourd’hui ? Pourquoi tu écris ?

Bah on va dire que j’écris pour partager des visions, des opinions, et recevoir en retour des petits correctifs, des contributions via les commentaires de ceux qui viennent lire. Comme le dit Antoine de Saint-Exupéry : « Si tu diffères de moi, loin de me léser, tu m’enrichis ». En tout cas, ça permet de s’ouvrir aux autres, et de livrer une part de soi, et même de libérer un peu le petit diable qui émet des ondes malicieuses dans nos pensées. Rien de trop méchant hein !  S’ouvrir aussi parce que après, avec la plateforme Mondoblog, on s’est fait des potes (et des potesses aussi, lol) partout en Afrique. Le blog permet de s’ouvrir tant sur le plan relationnel, psychologique et même intellectuel !

A fond sur un billet

Est-ce qu’il y a des blogueurs qui t’ont inspiré ou qui t’inspire toujours ?

Oui ! Côté inspiration, je ne sais pas vraiment, mais j’ai un peu triché (allez je l’avoue) sur « Odieux Connard » qui est un blog français. Trysha, une amie bloggeuse me l’a fait découvrir un peu après que j’ai créé le salaud lumineux. Je suis abonné au mec, et quand il ne fait pas de spoiler ou de BD sur sa page, j’adore me marrer en le lisant. Il y a aussi le gorafi, écrit par de grands « malades », qui t’inventent une fausse actualité à partir de la vraie en France. A chaque fois que la bonne humeur vient à manquer, et que la pression monte dans le caisson-là qui me sert de tête, rien que ces deux blogs là me font des effets d’antidépresseurs.

Quel regard portes-tu sur le blogging au Togo ?

Ce n’est pas pour voir midi à ma porte mais sérieusement, je pense que le Togo compte l’un des meilleurs crus de blogueurs en Afrique francophone. Pour preuve, les togolais sont très bien représentés aux sélections pour les formations mondoblog, preuve qu’il y a une certaine qualité dans leurs écrits qui est très apprécié dans l’espace francophone. Côté Football, les Camerounais nous piquent la coupe d’Afrique assez souvent, mais côté blog, on se retrouve avec les mêmes quotas qualité dans l’espace francophone. C’est vous dire ! Allez lire Aphtal Cissé, Yann Moebius, David Kpelly, et autres, c’est des purs délices ! Moi à côté de ces gens-là, on me classe vite du côté du diable (rire). Le blog au Togo a encore de beaux jours devant lui. J’ai seulement peur que les blogueurs soient un peu dépassionnés comme moi, … mais j’espère qu’on reprendra tous du poil de la bête bientôt.

Justement quelle relation entretiens-tu avec les autres blogueurs Togolais?

Très bonne. Je me souviens d’un truc absolument formidable ! A quelques jours de la présidentielle de 2015, on était absolument divisé sur les questions politiques. Les échanges ont été houleux à un certain Tweetup qui est resté dans les mémoires. Nous nous étions opposés sur à peu près tout ce qui gravitait autour de l’organisation de cette élection et sur les candidatures. Mais je pense que cela nous a nommément rapprochés. On se connaît peut-être seulement depuis trois ou quatre ans, mais on a tellement de souvenir, avec aussi les trois Blogcamps organisés hors de Lomé, on a beaucoup travaillé et on s’est tellement marré. On est vite devenu une famille, en bloguant chacun dans son style mais surtout en se lisant les uns les autres, et en commentant à tout va !

Avec des blogueurs et Twittos à un Tweetup

Au Bénin, en Côte d’Ivoire nous avons des associations  de blogueurs, mais au Togo non. Vous y songez ? Si oui, qu’est-ce qui bloque ?

Oui, bon, allez, on va dire qu’à la base nous on aime bien bloguer, se retrouver à un Tweetup pour échanger des idées, avaler une petite bière (pour moi) et un coca pour les autres jeunots (rire) et puis on continue nos vies chacun de son côté, tout en gardant le contact via les réseaux sociaux. Les blogueurs togolais aiment bien la liberté et fonctionnent très bien sans bureau exécutif, président, secrétaire général, machin chouette etc… ça nous fait pousser des airs de communistes ? Et pourtant, on a tout des capitalistes aussi ! On avait trouvé une manière originale de fonctionner grâce à une dream team d’organisateurs d’évènement qui sont en même temps des twittos et des blogueurs. Ils sont regroupés au sein de deux entreprises de communication, HASHTAG et PANORAMIQUE CREATIVE, qui trouvent les sponsors et font un boulot formidable d’organisation derrière ; et on a toujours pris beaucoup de plaisir à participer aux tweetup, aux blog-garage ou aux blog-camp qu’ils organisent entre nous… Et les deux dernières éditions du blogcamp ont vu la participation de blogueurs béninois, preuve que même sans association déjà, les choses sont plutôt bien faites et des relations sont nouées avec l’extérieur côté blogging. Bon maintenant, il nous faut avoir d’après ce qu’on nous a expliqué, une voix « officielle », des représentants « officiels » regroupés en association pour nous ouvrir là encore face aux institutions et organisations officielles de notre pays ou de la sous-région. Ça permet même d’avoir une base légale aussi, et de créer des contacts. (Vous parlez qu’on sait tout ça ! On n’était juste pas pressés, on va à notre rythme). Donc ça va se faire (je dis ça avec beaucoup d’humour tout en restant sérieux).

On parle souvent de bloggeurs professionnels qui vivent de leurs écrits. C’est un mythe ou une réalité ?

Bien sûr !!! Il en existe de ces bloggeurs professionnels qui vivent de leurs écrits. Mais… plus dans les pays développés où ils sont vraiment bien organisés. Mais pour arriver à ce stade, c’est souvent un parcours de combattant.

Intervenant à un Tweetup

Est-ce qu’il y a des blogueurs Togolais qui vivent de leurs écrits ?

Ah, euuuh, souffrez que je vous reparle d’elle. Trysha Gaba. Elle serait je crois la seule bloggeuse qui a gagné un peu d’argent avec son blog à un moment donné. Peut-être qu’elle continue encore, je ne sais pas. En fait, Jeune Afrique l’avait cité comme l’une des dix bloggeuses les plus lues sur le continent, il y a deux ans ou plus…. Et pour cause, elle parlait de mode, esthétique, lingerie, enfin, tout le truc dont raffolent les nanas en général là. Et certaines grandes marques ici en Afrique lui auraient versé quelques émoluments -on va dire- pour tester leurs produits et en parler sur son blog. Allez, je dis tout ça au conditionnel. Après je lui ai pas demandé non plus ; vous imaginez, je ne vais pas regarder dans la trésorerie d’une collègue bloggeuse n’est-ce pas ? Vous devriez l’interviewer, elle sera ravie de vous éclairer sur ça. Sinon moi je ne me suis jamais fait payer pour mon blog, et je pense, la plupart des blogueurs togolais non plus. Tout est écrit avec passion, et partagé gratuitement sur leurs pages. On fait dans le gratuit pour le moment, profitez-en ! lol

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui veulent se lancer dans le blogging ?

Bah déjà, c’est de s’y lancer, sans hésiter. Je crois qu’on écrit souvent bien parce qu’on lit beaucoup. Je m’en veux de ne pas lire plus que je ne lis actuellement. Et je cherche encore à augmenter mon capital de lecture. Il faut donc aimer lire, lire les autres, lire les classiques, lire tout ce qu’on trouve sous la main. Il faut aimer aussi se faire un peu taper dessus, parce que c’est la voie royale pour s’améliorer et puis bah, il faut venir nous voir au tweetup, aux blog-garage et au blogcamp. Contrairement aux rumeurs qui ont circulé sur les réseaux sociaux, on n’est pas une secte de buveur de sang (déjà le goût ce n’est pas évident), on n’a pas tous des grosses têtes et je pense que plein de gens sont passés à nos rencontres et sont devenus membre de la famille des twittos et des blogueurs 228 parce qu’ils s’y sont plus. On a eu même à faire un tweetup où on a rencontré des stars du hip-hop, comme Elom 20CE, Kanaa, et on leur a dit sans détour ce qu’on pensait de leur musique, ils nous ont (en tout cas moi) un peu convaincu, et j’ai commencé par les écouter et à les suivre sur les réseaux sociaux. C’est véritablement des moments de partage d’expérience et d’opinions que nous vivons à chaque fois qu’on se réunit entre twittos et blogueurs. On a de tout chez nous, des ingénieurs, des médecins, des communicateurs, des entrepreneurs, etc. Et à chaque rencontre, quand la petite étincelle de la contradiction illumine le cercle, la qualité du débat laisse à chacun des souvenirs impérissables. Il faut venir pour savoir.

Découvrir le blog du Salaud Lumineux

Merci

Propos recueillis par Etienne Pamessam.

Vous aimez? Faites découvrir à vos amis!
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp